LE FINANCEMENT DES CREANCES COMMERCIALES

Le financement du besoin en fond de roulement  est généré par des postes clients ou des stocks importants avec des fonds propres insuffisants pour porter ces besoins.

Ce décalage engendre un manque de trésorerie disponible et des besoins de financement pour accompagner l’exploitation d’une entreprise.

Quelques soient leurs typologies :financement des créances

– créances fermes

– situations de travaux

– prestations de services

les créances commerciales sont les ressources mobilisables évidentes pour les financiers et les sociétés de financement intervenant dans le crédit court terme et les prêts de trésorerie.

 

Ces mobilisations de créances permettent de dégager de la trésorerie disponible pour le financement de l’activité des TPE et PME.

 

Les techniques de financement des créances commerciales sont :

–        La Dailly : financement des factures sans aucune gestion du recouvrement avec ou sans notification auprès des clients.

–        L’escompte de traites : avance de trésorerie sur présentation de traites de paiement (effets de commerce)

–        L’affacturage : financement des factures avec ou sans recouvrement et avec ou sans mention de subrogation sur les factures.

Ces financements courts termes de type Dailly ou affacturage apportent un fort effet de levier sur la trésorerie. Au plus le chiffre d’affaires se développe au plus l’entreprise se dote d’une capacité de trésorerie…

Le crédit inter-entreprises est en France de l’ordre de 30 milliards d’euros, c’est le premier financement de l’activité des entreprises.

De ce fait, le financement en Dailly et l’affacturage ont des encours qui ne cessent de progresser afin de combler les besoins inhérents au manque de trésorerie.

A NOTER :

Selon la typologie des créances commerciales et les procédures de recouvrement mises en place, un arbitrage devra être mené pour mettre en place une ligne Dailly ou un contrat d’affacturage.

Accédez à notre questionnaire d’étude d’affacturage